Jean-Luc FUGIT
Député du Rhône (11ème circonscription)

#Communiqué - Mobilités sur notre territoire

Activité en circonscription

MOBILISE POUR NOS MOBILITES !

Elu député en juin 2017, après avoir pris le temps d’effectuer un diagnostic, j’ai dès janvier 2018 écrit au Préfet de Région pour lui faire part de mon analyse sur l’enjeu des mobilités, sujet particulièrement prégnant sur notre territoire et pour lequel j’ai de nombreuses et légitimes interpellations de mes concitoyens et des élus locaux.

Parlementaire, je me suis fortement impliqué sur cette thématique des Mobilités à l’échelle nationale dans le travail législatif, comme rapporteur de la loi d’orientation des Mobilités en 2019 destinée à développer des mobilités plus propres et plus actives, ou encore actuellement en tant que membre de la commission spéciale chargée de l’étude du projet de loi Climat & Résilience qui comporte un important volet sur la question des déplacements.

Aujourd’hui que constatons-nous pour notre territoire ?

• L’engorgement des autoroutes menant à la Métropole (A7, A47, A450, A46, A43) ainsi que des ponts traversants le Rhône (Vernaison, Givors, St-Romain-en-Gal).

• La nécessité d’améliorer les infrastructures existantes (A47, pont de Givors, Nœud de Ternay).

• Le sous-dimensionnement de l’offre ferroviaire (TER) et de stationnement des gares (Givors, Sérézin-du-Rhône, Brignais) dans une approche intermodale avec une offre de transports en commun et des modes « doux et actifs » à développer d’une manière générale.

• L’absence de transport de voyageurs sur la rive droite du Rhône

J’ai pu obtenir dans le cadre de la loi d’orientation des mobilités de 2019 :

• L’abandon du projet d’autoroute A45 au regard de son impact environnemental tout en conservant les 400 Millions d’euros prévus par l’Etat pour cette opération afin de participer au financement d’alternatives pour améliorer les liaisons ferroviaires et routières entre St-Etienne et Lyon, sujet que je suis de près avec les services de l’Etat et les élus locaux dans le cadre du comité d’amélioration des mobilités entre les deux agglomérations, comité qui est piloté par le Préfet de Région.

Aujourd’hui je pense toujours qu’il nous faut :

• Améliorer la ligne ferroviaire St-Etienne/Lyon, l’une des plus fréquentée du pays et qui a vocation à monter encore en puissance avec les évolutions futures liées à la mise en place des Zones à Faible Emission mobilité (ZFE-m) de Lyon et St-Etienne qui encourage le report modal.

Augmenter les fréquences et la sécurité – notamment en apportant une solution au passage à niveau de St-Romain-en-Gier (classé comme l’un des plus dangereux de France) – est donc un enjeu fort tout comme l’est la réalisation de cheminements cyclables.

A l’instar de la « ViaRhôna » qui relie le lac Léman et la Méditerrannée, pourquoi ne pas réaliser tout au long de la vallée du Gier la « ViaGierona » !

L’amélioration de la mobilité entre les deux agglomérations, polarités importantes de notre bassin de vie et d’emploi, mérite des liaisons structurantes pour tous les modes de transport.

• Réaliser un « RER Sud » de Perrache à Condrieu, et au-delà, afin de desservir les habitants de la rive droite du Rhône, un bassin de vie en fort développement qui doit pleinement être intégré au système de déplacement multimodal avec les agglomérations de Lyon et St-Etienne.

• L’amélioration du franchissement du Rhône est aussi un sujet d’importance pour relier les deux rives où habitent et travaillent de très nombreux habitants de notre bassin de vie.

Dans le cadre des alternatives à l’A45, le comité d’amélioration des mobilités étudie plusieurs hypothèses pour soit réaliser un nouveau pont entre Grigny et Loire-sur-Rhône, ou bien prévoir des modifications au pont actuel de Givors.

Par ailleurs la question du pont de Vernaison est posée. Ce serait selon moi une erreur de le mettre à sens unique sans équivalent en sens inverse alors que nous devrions faire cohabiter circulation automobile et mobilités douces (vélos, piétons, transports en commun) ce qui implique d’avoir des capacités supérieures à l’existant.

• La plaine de l’Ozon et l’Est lyonnais est aussi un territoire à forts enjeux de mobilité.

Finaliser la réouverture de la gare de Toussieu/Chandieu et la halte ferroviaire de Ternay permettrait aux habitants d’emprunter le train.

Opposé au tracé choisi pour la partie Sud du Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise (CFAL Sud) et à l’élargissement de l’A46 Sud qui serait simplement destiné à absorber le trafic supplémentaire issu du déclassement de l’A6/A7, je prône pour ce secteur une amélioration significative de l’offre en transport en commun du quotidien pour favoriser une alternative crédible et fiable à l’utilisation de la voiture individuelle.

• Des solutions de transports en commun pour la mobilité locale sur le plateau Mornantais en lien avec l’évolution du SYTRAL issue de la loi Mobilité.

Pour moi ces évolutions sont aussi un enjeu majeur pour l’amélioration de la qualité de l’air que nous respirons. Ce sujet me mobilise depuis de nombreuses années d’abord comme scientifique ayant travaillé sur ces questions, puis en tant que Président du Conseil National de l’Air, fonction que j’occupe depuis 2018.

L’amélioration de nos déplacements au quotidien est à la croisée de tous les enjeux : qualité de vie, santé, environnement, développement économique.

Toujours à l’écoute de mes concitoyens, des associations et des élus locaux, compter sur moi pour continuer à me mobiliser pour nos Mobilités auprès de l’Etat, des Collectivités Locales et des opérateurs de transport.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion